Les solitaires du temps

N. Lygeros




Le saxophone ne suffisait pas
pour oublier dans cette nuit bleue
l’existence des solitaires du temps,
comme si le jazz avait atteint 
ses limites, au bord d’un blues
plus noir qu’un gospel
car il s’était souvenu du pasteur
qui n’avait jamais cessé
d’imaginer le monde
avec de la couleur
car même si le noir était beau,
il ne pouvait rester seul.