Les génocides sont imprescriptibles

N. Lygeros




L'un des premiers articles de la charte des défenseurs de la reconnaissance des génocides doit être que les génocides sont imprescriptibles. Peu importe le temps nécessaire à l'établissement de cette reconnaissance nationale ou internationale, l'essentiel c'est que les bourreaux de ces génocides soient certains que l'Humanité ne les oubliera pas et que les sociétés et les cours de justice ne les effaceront pas. Rien ne peut et ne doit entraver la lutte pour la reconnaissance d'un génocide. Les défenseurs des droits de l'homme ne doivent pas baisser les bras devant le décalage diplomatique et l'hypocrisie des bourreaux. Il faut que justice soit faite et elle se fera.

Car les victimes du génocide ne vivent qu'à travers notre mémoire collective. La politique est nécessaire à toute société mais elle ne doit pas empiéter sur l'éthique de l'humanité. Et si cela se produit comme dans le cas des génocides alors nous devons effectuer tous les efforts possibles pour la rétablir. À travers notre œuvre commune, c'est une véritable renaissance des peuples qui s'instaure. Aussi il ne faut pas se sentir petit devant la tâche à accomplir car nous sommes petits devant la grandeur de la souffrance que représente un génocide. Nous ne sommes grands que lorsque nous sommes unis face à la même cause en résistant de toutes nos forces à l'inertie sociale qui reste aveugle, et en réalisant l'impossible. Il est vrai que la reconnaissance des génocides n'est pas une mince affaire et le génocide des arméniens de 1915 en est la meilleure preuve.

Cependant c'est justement cette idée qui doit nous convaincre de lutter. Car comme le disait le philosophe Carlo Michelstaedter seul l'impossible mérite d'être exigé. Il est vrai que la puissance des bourreaux demeure parfois intacte même de nombreuses années après les évènements tragiques mais justement c'est encore plus nécessaire de lutter même à armes inégales car la justice n'est pas seulement celle du plus fort. Néanmoins et ce, avant tout, la mémoire doit être sauvegardée et cela passe par l'éducation. Nous devons penser aux prochains hommes à ceux que nous appelons habituellement les enfants car dans les causes qui dépassent la durée de la vie humaine, ce seront eux qui seront les prochains résistants. Bien sûr, il ne s'agit pas de leur enseigner la haine mais ce que signifie l'expression devoir de mémoire. Car si les enfants oublient notre cause, ce sera la victoire des bourreaux.

C'est pour cette raison que nous devons leur enseigner le fait que les génocides sont imprescriptibles et que c'est grâce à eux que cet article sera respecté. Cette tâche est tout aussi importante que de lutter car seuls nous ne sommes rien. Et quand nous disons que nous devons lutter ensemble nous devons entendre que cela doit être fait avec les prochains hommes.








free counters


Opus