Le traitement de la lumière en peinture

N. Lygeros




Il est rare que nous prêtions attention au traitement de la lumière dans la réalisation d'un tableau. Et pourtant la peinture n'est qu'un assemblage complexe de différentes lumières. La seule exception à cette règle c'est la lumière en opposition avec l'obscurité. Car cette fois il y a un effort conscient de la part de l'artiste de mettre en évidence cet élément en le plaçant dans un contexte opposé. Un tableau caractéristique de cette technique, c'est celui de Georges de La Tour qui représente Saint Joseph. Bien que ce tableau date de 1640 ou peut-être en raison de cette date, sa lumière nous touche comme si elle nous était contemporaine. Il faut dire que l'artiste exploite la beauté et la mémoire de la bougie si naturelle à son époque et si rare à la nôtre. C'est pour cette raison qu'il est parfois nécessaire de se replonger dans cette atmosphère pour s'imprégner de cette lumière si particulière lorsque nous voulons mettre en scène une pièce. Les corps du tableau sont certes éclairés par la lumière de l'Unique bougie mais en réalité ils sont à peine esquissés pour définir par l'absence la lumière de celle-ci. De plus, ils permettent de mettre en évidence l'intensité de celle-ci par le gradient des surfaces et la proximité de ces dernières. Tandis que l'obscurité est la plus pure qui soit comme si elle devait à l'instar du corps noir servir de référence au spectateur. Sans compter que sa présence absence permet de focaliser le regard sur la partie lumineuse du tableau. Nous pouvons aussi percevoir une opposition entre le mat et le brillant. L'un est utilisé pour les habits et l'autre pour les corps. Cet autre aspect de la lumière qui dépend aussi du grain de la réalisation est fondamental quant au réalisme de la peinture. Pourtant cet effet peut être relativement discret comme le montre un tableau de la même époque. En effet La famille de paysans de Louis Le Nain exploite la lumière par sa négation. Elle est dépourvue de la luminosité, elle semble plus tamisée comme si elle devait être tendre avec les personnages du tableau. Elle crée ainsi un mélange triste qui n'est pas sans rappeler celui de la bougie. Mais cette fois il s'agit d'un feu de cheminée même si l'éclairage des visages provient d'une autre source de lumière, celle-ci demeurant invisible au regard du spectateur, créant ainsi un paradoxe visuel. Nous assistons ainsi à une mise en perspective de la lumière qui donne du relief à la réalisation de la peinture et via cela du réalisme à la scène décrite. Ainsi il est dommage que l'abstraction de certains tableaux de maîtres ait été la cause d'une régression de la technique de ce traitement car à présent que nous avons de plus grandes connaissances physiques sur celle-ci, il serait opportun de les exploiter pour rendre ce que nous nommons réalité mais qui n'a d'autre but que d'être une réalité artistique.

Références
Saint Joseph charpentier, Georges de la Tour
Famille de paysans dans un intérieur, Louis le Nain







free counters


Opus