Le théâtre, la société et le temps.

N. Lygeros

Traduit du Grec par A.-M. Bras




1) Le théâtre est-il un art mathématique ?

Votre question contient de multiples schémas mentaux qui constituent un complexe s'ils ne sont pas mis en rapport avec la pensée globale. Si nous admettons que les mathématiques ne sont pas une science comme beaucoup le pensent, mais un art comme peu le savent alors votre question a réellement un sens. Le théâtre est nécessairement constitué de mathématiques puisqu'il concerne la structure du groupe et pas seulement de l'ensemble en se basant sur les relations humaines dans un cadre particulier où s'applique la théorie des relations et des graphes. De plus le théâtre fonctionne seulement et uniquement dans un champ virtuel mental qui lui permet de dépasser non seulement les limites de la réalité mais aussi de créer via l'artificiel de nouvelles réalités, chose qui n'a pas de sens sans le concept mathématique. Cependant le théâtre n'est pas uniquement cela !

2) En tant que moyen de communication et de contact, le théâtre touche-t-il son but à notre époque ?

Il est vrai que la grande différence entre le théâtre, les mathématiques et plus généralement les arts est l'élément médiologique qu'il contient. Le théâtre est d'abord un texte, ensuite une mise en scène et enfin une représentation. Sans ces trois composantes, l'essentiel du théâtre n'existe pas. Mais tout ce système se concrétise seulement par l'intermédiaire du public. Pour le théâtre l'ambition de l'art pour l'art est difficile. Le théâtre existe seulement dans un cadre social et a une valeur en tant qu'oeuvre quand elle modifie l'axiologie non seulement locale mais aussi diachronique. En tant que point de contact et de référence, l'objectif du théâtre a changé radicalement depuis l'antiquité. Le théâtre ne constitue plus le point central de la société sauf les exceptions artificielles comme le festival d'Epidaure. Le théâtre vit désormais essentiellement en marge de la société comme ce fut le cas dans d'autres phases de son évolution. Cela ne signifie pas qu'il ne joue plus un rôle important. Toujours est-il que ce n'est plus un rôle de masse. Mais il existe encore le théâtre d'idées qui représente des conceptions philosophiques comme il existe encore le théâtre qui donne la dimension de la présence humaine.

3) Comment pouvons-nous créer la culture théâtrale correcte à tous les niveaux de l'enseignement et des professionnels ?

Je ne crois pas qu'il existe une culture correcte, la bonne est suffisante. La difficulté provient de l'ample spectre du théâtre que quelqu'un doit avoir. Bien sûr dans l'enseignement l'accès au théâtre est nécessaire pour le développement de l'enfant non seulement comme spectateur mais aussi comme acteur car nous savons combien c'est important au niveau cognitif. Et c'est justement pour cette raison que j'ai écrit et monté une représentation théâtrale pour les enfants à Chypre (cf. Poignées de vie). A un niveau plus élevé comme l'est l'université nous pouvons bien sûr exploiter et mettre en valeur des relations humaines plus complexes qui concordent avec le style de la tragédie et du drame. En ce qui concerne le sujet du théâtre professionnel je considère qu'il n'est pas directement en relation avec l'enseignement car c'est aussi un sujet politique. La cité doit prendre conscience du rôle du théâtre dans le cadre social et là nous pénétrons dans un domaine où existent les fins politiciennes. C''est seulement si nous franchissons ces obstacles que nous pouvons donner au théâtre la dimension qui lui appartient.

4) Qui décide des choix du public, de ce qu'il comprend ou pas ?

C'est réellement un des problèmes les plus importants du théâtre et dans le domaine théorique et dans le domaine pratique. Les approches les plus habituelles sont celles qui massifient le public et qui considèrent que de toutes manières il ne peut pas apprécier l'essentiel du théâtre par conséquent le théâtre se transforme simplement en instrument de consommation courante. Les autres concernent le théâtre expérimental qui a une vue plus risquée car elle suit la pensée que la découverte de nouvelles idées est importante en soi et je considère bien sûr que c'est la seule qui ait une certaine valeur. Mais nous voyons que bien qu'il s'agisse d'un problème noétique, la décision reste politique.

5) Quel est l'avenir du théâtre d'aujourd'hui ?

Le seul horizon reste la société car tout le reste est réalisable. Comme je le disais précédemment le théâtre fonctionne dans un cadre virtuel. Ses limites se définissent à partir de l'intelligence et de l'imagination mais elles ne constituent pas un horizon. Tandis que la société qui a le droit, ou plutôt qui le prend, de contrôler l'évolution du théâtre l'enclave nécessairement. Ainsi s'explique le rôle contradicteur que nous attribuons au théâtre tandis que dans la réalité c'est l'inertie de la société que ce sentiment provoque. Le théâtre donne la possibilité aux hommes de fouiller de multiples espaces de leur personnalité mais aussi la multiplicité que l'humanité constitue en tant qu'hypergroupe d'hommes.

6) Le texte antique est toujours actuel. Mais comment le public le perçoit-il ? Refuse-t-il les arrangements modernes ? Les considère-t-il comme sacrilèges ?

Le texte antique est toujours actuel car son ontologie est l'essence et sa téléologie, la diachronicité. Le texte est déjà objet et l'objet, oeuvre de vie. Il n'est pas écrit pour passer mais pour durer. Son but est la recherche des schémas mentaux qui constituent et caractérisent l'être que nous nommons homme. Le sacrilège appartient au théâtre et il n'est pas une invention moderne, il ne doit pas être cependant un prétexte qui autorise l'inertie de la créativité. Le concept d'adaptation est une forme développée de l'admiration face à un texte-objet qui a de multiples interprétations et qui peut enfin s'enrichir indépendamment, si pour le bon sens cela semble paradoxal, avec de nouvelles données qui non seulement réfutent le passé mais créent l'avenir.

Quelques oeuvres de Nikos LYGEROS

Tragédies : Oreste et Electre, Achille et Penthésilée, Ulysse et Calypso.
Drames : Les Démiurges, Les Chacals, Les Toques Noires, Poignées de vie, Le Maître du Temps, Les lumières noires.
Comédies : Autoréférence, Alter Ego, Un Deux-Pièces.
Scénarii : Les ombres de la tour, A la croisée du bleu, Les cordes du temps.
Romans : Les Caméléons, Les trente baisers du soleil.
Recueils de poèmes : Source de grécité, Nostalgie lumineuse, Les couleurs de l'invisible.
Oratorio : Prométhée et Athéna.
Opéra : Le Centaure et le Titan.







free counters


Opus