Utopie de province

N. Lygeros




« Quelle faute
que les Parisiens n’ont pas pris
assez goût aux choses rudes,
aux Monticelli, à la barbotine.
Enfin je sais qu’on doit pas se décourager
parce que l’utopie ne se réalise pas. »
La conscience de Vincent
n’est véritablement perceptible
dans le domaine de son art
que grâce à sa correspondance
où il s’exprime avec sincérité
sans devoir s’expliquer sur tout.
« Il y a seulement
que je trouve que ce que j’ai appris
à Paris s’en va,
et que je reviens à mes idées
qui m’étaient venues à la campagne
avant de connaître les impressionnistes. »

Nous retrouvons cet esprit
à travers ses œuvres à Arles
comme s’il retrouvait l’essence
via son existence interne
comme s’il était trop en avance
et devait se détacher du passé.







free counters


Opus