L’utopie abandonnée de Vincent

N. Lygeros




« Maintenant, nos carcasses ne sont plus jeunes,
et une entreprise d’aller à Londres
dénicher de l’argent pour les impressionnistes,
serait une espèce de chose à la Boulanger,
à la Garibaldi, à la Don Quichotte.
Et le père Boussod nous enverrait joliment chier d’ailleurs
si on lui proposait comme cela. »

La vieille carcasse des frères
à l’instar de la fidèle Rossinante
ne pouvait plus mener à bien cette utopie.
Pourtant ce n’était pas une cause perdue
même si elle nécessitait une résistance infinie
et une capacité d’absorption analogue
pour supporter les inepties sociales.
Les deux frères s’étaient trop battus
pour seulement le droit d’exister
et nul ne leur a donné celui d’agir
dans un monde indifférent à tout.







free counters


Opus