Les cadres de Vincent

N. Lygeros




« Je crois que pour les cadres,
les deux ponts jaunes avec ciel bleu
seront bien dans du bleu foncé
qu’on appelle bleu de roi,
le verger en blanc froid,
le grand verger rose en blanc crème
un peu chaud. »

En te lisant dans l’intimité
qui osera prétendre lâchement
que tu ne prenais garde
à ce que d’autres nomment des détails.
De l’esquisse au fusain,
à la peinture à l’huile
sur une toile de lin
pour aboutir au cadre,
un seul homme, un seul peintre,
malgré la société,
malgré la misère
par amour de l’humanité
et du temps.







free counters


Opus