Les verts et les chaumes

N. Lygeros




Dans les Chaumes de Cordeville,
les hommes semblaient absents.
Ils étaient sans doute à l’intérieur
et s’étonnaient de la patience de Vincent.
Ils ne savaient pas qu’il avait froid
mais qu’il ne voulait pas oublier les verts.
Cette couleur était si riche en tons
qu’il y voyait une gamme chromatique.
Ils formaient un tout inséparable
des chaumes des hommes.
Comme si la nature les avait acceptés
pour créer une symbiose singulière.
C’était de cela qu’avait été témoin
le maître venu des contrées du Nord.
Aussi il avait transcrit cette diversité de verts
pour que les hommes n’oublient leur destin.







free counters


Opus