Transcription du télégramme 50 d'Alexandre Carathéodory (25 juin 1878)

N. Lygeros




S. E. Carathéodory Pacha
à
S. A. le Grand Vézir
                     Constantinople
Le  25  Juin 1878
                N° 50
Pour le chiffre
          Naouri
   

 

 

Dans la séance d’aujourd’hui
on a adopté l’
amendement français relatif
à l’entrée des troupes
ottomanes dans la Roumélie
Orientale et d’après lequel la
Porte en faisant entrer ses troupes
devra donner aux représentants
étrangers connaissance de cette
décision et des raisons qui la
motivent. On a adopté également
un autre amendement relatif
aux milices dans les
termes suivants (1). Chouvaloff
prétendait y faire une addition
et remit sa réponse définitive
à demain. On discuta ensuite
la proposition Andrassy
demandant que
dans le traité et
les expressions commissaire Russe
et commission Turco-Russe

soient remplacées par l’ex-
pression Commission Euro-
péenne. On ne put se mettre
d’accord sur ce point et l’affaire

     
 

fut renvoyée à demain.
Chouvaloff proposait que la
commission fût composée
d’un commissaire Turc et d’un
commissaire Russe agissant
sous le contrôle des représentants
étrangers - Dans le courant
de la discussion les
Anglais donnèrent lecture d’
un télégramme de Calvent
et demandèrent que la
commission Européenne prît
immédiatement des mesures
pour protéger les intérêts
financiers du Gt. Ottoman
dans les provinces occupées.
La question fut ajournée. Ils
proposèrent ensuite que
cette même commission prît
en main l’adminis-
tration civile dans le Vilayet
du Danube et que les autorités
ottomanes soient
réinstallées immédiatement dans la
Province de Roumélie
Orientale. On s’aperçut qu’
il y avait là une question
d’une haute importance
et l’on convint de la remettre
à un autre jour. On
discuta ensuite deux autres

     
 

amendemens et l’
on adopta les résolutions suivantes
(2 et 3.). Dans le courant de
la discussion j’ai eu l’occasion
de faire une déclaration
comme quoi en ce qui concerne
la Roumélie Orientale
il n’y avait pas
besoin de dispositions spéciales
pour le commerce aussi
bien que sur tout autre question
cette province étant soumise
au même régime que les autres
provinces de l’Empire sauf cer-
taines exceptions qui
seules devaient
faire l’objet des résolutions du
Congrès. Cette déclaration
me parait fixer la situation
de cette province beaucoup
mieux que cela n’avait été
le cas jusqu’à présent. Enfin
Lord Beaconsfield fit adopter
au Congrès la discussion de ma proposition
relative au tribut pour la
séance de demain, dans laquelle
il sera question aussi de la Serbie

     
  du Monténégro et peut-être
aussi de la Bosnie et de l’
Herzégovine. En somme la
séance a été bonne pour nous
dans ce sens du moins qu’il
n’y a rien de nuisible dans
les résolutions
prises et pour la rédaction desquelles
on avait admis en dehors
du Congrès quelques modifications
très bonnes pour nous.  

 

 







free counters


Opus