Peintures à l’état brut

N. Lygeros




Dans ta lettre 525,
tu n’as pas hésité à écrire
peinture à l’état brut
pour qualifier tes productions
indépendamment des influences sociales
et de la mode de ton temps.
Loin de cette décadence
où tout ne vaut plus rien
car la valeur n’est qu’un coût,
tu persistes à créer seul
l’impensable du visionnaire
face au néant de l’oubli.







free counters


Opus