Pour Eugène Boch

N. Lygeros




« Dans un tableau,
je voulais dire quelque chose de consolant,
comme de la musique.
Je voudrais peindre
des hommes et des femmes
avec un certain degré d’éternel,
dont l’auréole des saints était autrefois le symbole
et que nous essayons de rendre par le rayonnement,
la vibration et l’oscillement de nos couleurs. »

Sans saints et plus tard sans médecins
comme l’écrira Albert Camus,
il fallait représenter les hommes.
Seulement comment les représenter
telle était la question de Vincent.
Il était impossible de trouver
une réponse un tant soit peu raisonnable.
Alors à travers l’éloge de la folie
dans un élan humaniste,
il s’empara des pinceaux et des couleurs
et éclaboussa de bleu le ciel
de l’ami, du poète, Eugène Boch.







free counters


Opus