Il faut que tu saches

N. Lygeros




« Il faut que tu saches
que je fais continuellement
des calculs compliqués
d’où s’ensuivent coup sur coup des tableaux
qui sont peut-être peints rapidement,
mais ont été étudiés longtemps auparavant.
Et c’est pourquoi tu peux répondre,
quand les gens disent que cela a été fait trop rapidement,
qu’ils ont regardé trop rapidement. »

Comment être plus clair ?
Et pourtant la société poursuivit ses critiques
sans tenir compte de sa pensée ;
comme s’il était muet.
Qui pouvait entendre le cri du silence ?
Théo … Il n’y avait que lui.
Alors il ne désespère pas ;
pas encore du moins.
Il n’y avait pourtant aucune solution.
Mais il ne cherchait plus.
Désormais il savait.
Ils étaient seuls mais ensemble
à bout de souffle
mais ils tiendraient
jusqu’à ce que l’œuvre soit complète.







free counters


Opus