Courbure de la terre

N. Lygeros




Sans se pencher sur la terre,
il aurait été inhumain
d’attendre qu’elle nous offre
les pommes sans ciel.
Il fallait courber l’échine
pour découvrir les perles de pluie
enfermées dans l’ocre jaune
et goûter à l’essence de la couleur.
Sans pouvoir cultiver le jardin,
creuser devenait nécessaire
aux hommes et aux femmes oubliés
par le misérabilisme social.
Tu étais cette courbe de la terre
et tu es devenue grâce à Vincent
la liberté à la recherche
d’un temps trop humain.







free counters


Opus