La bouillabaisse et l’ail

N. Lygeros




« Il faudrait savoir le patois d’ici
et savoir manger la bouillabaisse et de l’ail,
alors on trouverait sûrement une pension bourgeoise peu coûteuse ».
C’est à travers le regard de Vincent
que nous découvrons mieux les subtilités
d’un sud qui appartient à notre imaginaire
et dont nous ne réalisons pas les contraintes qu’il impose
à tout homme désireux d’y vivre même simplement.
Ainsi c’est via la bouillabaisse et l’ail
que nous apercevons ce qui deviendra, par la suite,
le Sud de Vincent.







free counters


Opus