Lettre adressée d'Evariste Galois aux Napoléon Lebon et Vincent Delaunay

N. Lygeros




Mes bons amis,

J’ai été provoqué par deux patriotes ... Il m’a été impossible de refuser.

Je vous demande pardon de n’avoir averti ni l’un ni l’autre de vous.

Mais mes adversaires m’avaient sommé SUR L’HONNEUR de ne prévenir aucun patriote.

Votre tâche est bien simple : prouver que je me suis battu malgré moi, c’est-à-dire après avoir épuisé tout moyen d’accommodement, et dire si je suis capable de mentir, de mentir même pour un si petit objet que celui dont il s’agissait.

Gardez mon souvenir, puisque le sort ne m’a pas donné assez de vie pour que la patrie sache mon nom.

Je meurs votre ami.







free counters


Opus