Les vieux cuivres

N. Lygeros

Traduit du Grec par A.-M. Bras




Les vieux cuivres jouaient encore
même si personne ne les écoutait plus.
C’était comme s’ils savaient qu’existeraient
les hommes qui ne flancheraient pas.
Tous debout, comme les anciens, les instruments
morts qui vivaient la renaissance.
Nous écoutions ceux-là quand nous sommes enfin nés
et ainsi commença le combat suivant.







free counters


Opus