Les bancs perdus dans l’herbe

N. Lygeros




Les bancs tentaient tant bien que mal
de discerner l’eau du fleuve bleu
mais la hauteur des herbes les en empêchait.
Alors ils étaient seuls dans ce désert vert
en attendant qu’une âme seule elle aussi
ne les découvrît pour prendre un répit.
En les apercevant nous eûmes de la peine
et dans notre secret chagrin nous décidâmes
de les retrouver à notre prochain retour.







free counters


Opus