Humanitas et Tempus XVI

N. Lygeros




La société se base sur les notions d’état et de violence. C’est pour cette raison que Prométhée est condamné par ces deux entités à la suite du jugement des dieux qui représentent l’immortelle société. Si de plus, l’état est interprété comme le monopole de la violence, nous comprenons combien il est naturel pour la société de devenir un régime autoritaire. Le point de vue de la société, c’est la mise en évidence de la stabilité de l’état. Dans ce cadre, elle ne peut mettre en valeur la notion de peuple car cette dernière donne de l’importance aux hommes alors qu’elle n’a besoin que de la masse. Car la stabilisation de l’état s’effectue par la manipulation de la masse via le système de la société. L’état correspond à une réalisation concrète de la société. Elle peut donc s’appuyer sur lui pour imposer son dogme. En montrant l’état via sa représentation géographique, la société exploite sa suprématie dans l’espace. Elle peut donc à partir de cela renforcer le noyau du système en prétextant qu’il est le seul à pouvoir défendre et contrôler les frontières. Ainsi la réalisation concrète permet non seulement la mise en place d’une entité formelle mais aussi le renforcement de son caractère invincible. Car attaquer l’entité formelle revient à remettre en cause l’état et sa géographie. L’invincibilité provient de l’absence d’attaques contre le système. Et ceci est exactement l’impact recherché par le dogme social. Ce phénomène est tout à fait visible dans la phase de maturité des régimes autoritaires. Alors qu’ils proviennent d’un changement d’état brutal ou subversif, au moment de leur maturité, les régimes autoritaires semblent immuables. Ceci a pu être constaté même historiquement au cours du XXème siècle où les systèmes étaient massifs. Il semble donc que nous ayons un phénomène de masse critique à partir duquel toute société se transforme nécessairement en régime autoritaire. Seulement quid des hommes dans cette montée du pouvoir? Ce sont justement eux qui grâce à leur résistance et leur sacrifice, vont remettre en cause le caractère invulnérable du système. Leur conscience d’appartenir à l’humanité et leur relation avec le temps, leur permet de lutter contre cette entité formelle que constitue le substrat du régime autoritaire, à savoir la société. C’est uniquement grâce à eux, que le régime autoritaire peut s’effondrer. Ils représentent les germes de l’humanité et du temps. Ils ne peuvent donc accepter l’intolérable et la barbarie d’un régime autoritaire. De cela, le système est paradoxalement conscient. Ces hommes seront donc naturellement les premières victimes de cette lutte du pouvoir contre l’essence. Ce sont aussi naturellement les premiers justes. A partir de ces germes, l’humanité peut se défendre contre la société du présent qui refuse le passé et l’avenir. Tout le problème de cette lutte c’est la capacité des singularités à engendrer une anomalie capable de créer l’effondrements du régime autoritaire. Seulement ainsi les prochains hommes peuvent être libres.







free counters


Opus