Sur le consensus universel

N. Lygeros




Patrice : Pourquoi les gens croient?

Michel : Car ils ne voient pas

Patrice : Est-ce la seule raison?

Michel : Même dans l’absurde, une seule raison suffit.

Patrice : Mais ils sont si nombreux…

Michel : Ils pensent que le consensus universel est une preuve.

Patrice : Ne ressemble-t-il pas au consensus manufacturé?

Michel : Tu fais allusion à l’expression de Noam?

Patrice : Ad rem.

Michel : Le problème, c’est justement leur isomorphisme.

Patrice : Sans moyen de distinguer comment juger.

Michel : Au contraire, comme il n’y a pas de moyen de les distinguer, il est aisé de les juger.

Patrice : Est-ce l’opinion d’une minorité pensante?

Michel : Avec le temps, il s’agit presque d’un pléonasme.

Patrice : Est-ce généralisable?

Michel : En réalité, c’est seulement réfutable.

Patrice : Il s’agit donc d’une théorie scientifique.

Michel : Pour le moment c’est bien le cas.

Patrice : Alors pourquoi les gens insistent.

Michel : Car ils n’observent pas les schémas analogues

Patrice : Tu penses à quelque chose de particulier?

Michel : Je réfléchis.

Patrice : A quoi donc?

Michel : Au problème géocentrique.

Patrice : Et à la solution héliocentrique?

Michel : Cette dernière ne représentait pas un consensus universel.

Patrice : Alors que c’était le cas de la première durant des siècles.

Michel : Pourtant cette propriété ne l’a pas mise à l’abri de l’erreur.

Patrice : Aussi tu penses qu’il en est de même dans l’autre domaine?

Michel : Je ne dis pas cela.

Patrice : Que dis-tu alors?

Michel : Je dis simplement que l’existence de cet exemple ou plutôt de ce contre-exemple devrait nous faire réfléchir.

Patrice : Il ne s’agit donc pas de l’appliquer directement.

Michel : Seulement de remettre en question un dogme.

Patrice : Celui du consensus universel.

Michel : Qui peut être un consensus manufacturé.

Patrice : Sans correspondre pour autant à la réalité.

Michel : Tel est le problème.

Patrice : Telle est la solution.







free counters


Opus