Juste avant le Traité de Rome

N. Lygeros




Juste avant la naissance de l’Europe avec le Traité de Rome, Albert Camus écrivit un émouvant remerciement à Wolfgang Amadeus Mozart. Le ton de ce texte explique ce que nous entendons désormais par l’expression humanisme européen.

« Il est bon de rappeler que le génie de la création est, lui aussi, à l’œuvre, dans une histoire vouée à la destruction. L’Europe, contestée aujourd’hui dans sa puissance mécanique, imitée pourtant dans ce qu’elle a de pire par ceux-là mêmes qui l’assiègent, n’a jamais été contestée ni égalée dans ce qu’elle a de plus grand, et qui rayonne dans l’œuvre de Mozart. »

L’Union Européenne n’est pas uniquement l’aboutissement d’une politique réaliste comme le pensent certains sceptiques. Elle est avant tout l’application concrète d’une vision utopiste. Et si nous devons amener à la barre un témoin de la défense pour récuser les critiques antieuropéennes, nous choisirions à nouveau notre Albert Camus. Car il est capable de clamer haut et fort que :

«L’homme d’Europe n’est pas seulement ce menteur malheureux qui sévit dans nos assemblées intellectuelles et politiques, ni ce fou ivre d’humiliations et de cruautés. Il est aussi Mozart. Il est encore cette foule d’artistes plus humbles, non moins patients, qui préparent ce que sera un nouveau Mozart et qui, un jour, salueront avec reconnaissance dans son œuvre un peu de ce qu’ils furent. »

L’Union Européenne n’est pas seulement une machine économique inhumaine car elle ne l’est pas et ne le revendique pas. L’Union Européenne ce sont avant tout des hommes qui ont un avenir car ils ont un passé. Victime d’un braindraining intensif, l’Union Européenne est désormais en phase de brainstorming. Il s’agit pour elle de se redéployer pour valoriser ce qui a le plus de valeur à savoir ses valeurs humaines. Sa pensée a traversé les siècle pour créer le monde d’aujourd’hui. Des hommes aussi divers et importants qu’Archimède, Leonardo da Vinci et Albert Einstein ont tout donné pour réaliser non pas un rêve américain mais une vision européenne.

L’Union Européenne est un espace où la pensée humaine peut défendre ses droits. La richesse de son patrimoine lui donne des responsabilités face à l’histoire mais pas seulement. Elle est aussi responsable de l’avenir. Consciente de sa valeur, elle revendique ses valeurs. Les droits de l’homme et de sa pensée représentent son noyau conceptuel. Elle sait comme le dit si bien Albert Camus dans son texte humaniste que :

« Privées de grands artistes les sociétés peuvent longtemps dominer : elles ne règneront jamais. »

Les pressions extérieures tentent de nous imposer un modèle unique du monde. Seulement l’Union Européenne n’a de sens que dans sa diversité. Nous devons nous doter le plus tôt possible d’une Constitution pour pouvoir nous défendre mais surtout pour pouvoir défendre les droits de l’humanité.







free counters


Opus