La cour du vide

N. Lygeros

Traduit du Grec par A.-M. Bras




Je regardais les pierres qu’ils lui avaient jetées.
Elles étaient toutes pointues et brisées
Comme le voulait la cour du vide.
Son visage était bleu
Bien qu’ensanglanté par la société.
Je l’écoutais et ressentais les blessures de la passion
Sur les mots de son silence.
Il n’était plus aveugle et voyait mieux les hommes.







free counters


Opus