Attente

N. Lygeros




Toi qui es sourd aux cris des victimes
lis les maux de Hugo.
Toi qui es aveugle aux blessures des innocents
regarde les massacrés de Delacroix.
Toi qui ne peux lire l’arménien
parcours les écrits de France.
Toi qui ne crois ni aux Balkans ni au Caucase
écoute les déchirures de Clemenceau.
Car ce sont nos justes
et nous n’avons qu’eux.
A moins que...







free counters


Opus