Transcription de la lettre d'Alexandre Carathéodory à Stéphanos Chryssidhys du 14 Août 1885

N. Lygeros




                                   Samos. Le 14/26 Août 1885

           Mon cher Chryssidhy.
J’ai reçu vos différentes lettres du
8/20 Août. Je vois avec plaisir
que l’affaire du Conseil Sanitaire
est en bonne voie et qu’enfin le
Patriarche nous envoie ses exarques.
C’est ce qu’il aurait fallu faire tout
d’abord. Le Protosyngellos trouvait
que le Sénat n’a pas bien fait de
s’adresser directement au Patriarche.
Cependant il a agi avec mon autorisa-
tion, car dans cette affaire du Métro-
politain je tenais à me tenir en
dehors. Ce que je regrette c’est que l’
Archevêque et des amis n’aient rien
compris à tout cela, et qu’ils aient


cherché à mettre le feu aux quatre
coins de l’île par l’entremise du
Consul de Grèce, qui s’y est prêté
d’une façon bien extraordinaire.
Lorsque les exarques viendront, ils
verront ce qu’il y a faire,
je n’ai rien de nouveau à vous dire
sur tout cela si ce n’est de continuer
sur notre ancien plan.
J’ai reçu également le livre d’
Edhem Pacha et les épreuves
typographiques de Constantin.
Vous avez eu une excellente
idée d’agir auprès de Bache
Kiabib par Costaki-Bey.
Pour ce qui est de votre appoint-
ment, nous avons, ici, de l’argent,


pour le compte du tribut, et
pourvu que la Porte nous en
donne l’ordre nous pouvons
fournir votre appointement, régu-
lièrement sauf quelque circonstance
imprévue.
Je vois encore aujourd’hui,
une lettre pour S.E. Raïf Pacha
avec différents papiers pour
Mr Galland. En lisant ma
lettre à Mr Galland vous verriez
ce dont il s’agit. Ayez la bonté
de les montrer à mon frère, et
tachez d’avoir la réponse de
Mr Galland un moment plus tôt.

            Tout à vous

            Al Carathéodory







free counters


Opus