La vie des monstres

N. Lygeros




Je repensais à mon ami handicapé par le savoir,
inondé par l’immensité de l’œuvre à accomplir
et je ne pouvais pas me cacher son désarroi.
Nous étions tous les deux conscients du fait
que nous n’avions qu’une vie à vivre
malgré la nécessité d’être humain.







free counters


Opus