Le pantin désarticulé

N. Lygeros




Il était petit
mais il ne se baissait jamais.
Il ne le pouvait.
Son regard vif transperçait
son corps de pierre.
Il bougeait avec peine
dans un sable mouvant invisible.
Pourtant il s'avança
et leva sa main de granite
pour saluer l'étranger
ou la machine
afin de partager une poignée de vie.
Malgré les murs
L’humanité avait encore un sens.
Désormais il le savait.







free counters


Opus