La perfidie orientale

N. Lygeros




La Turquie vient de démontrer une nouvelle fois de quelle perfidie elle était capable dans le domaine de la diplomatie. Elle vient de " signer " le protocole mais avec un ajout unilatéral qui constitue sa négation. Plus précisément cet ajout affirme :

1. Turkey remains committed to the search for a political settlement in Cyprus and has already clearly demonstrated its resolve in this regard.
Accordingly Turkey will continue to support United Nations Secretary-General Kofi Annan’s solution efforts aiming for the foundation of a new bi-communal co-partnership republic. A fair and lasting solution will contribute to peace, stability and the establishment of harmonious relations in the region.

Avec 40.000 hommes de troupe et 120.000 colons qui sont la preuve vivante d’un crime de guerre, il est difficile de croire seulement à la franchise du propos mais à la conscience de la situation. De plus l’occupation illégale des 37 % du territoire de Chypre n’est pas non plus une preuve quant à la recherche d’une solution pacifique.

2. The Republic of Cyprus referred to in this protocol is not the co-partnership republic founded in 1960.

De quel droit la Turquie se permet de juger le statut d’un pays reconnu par l’ONU et membre à part entière de l’Union Européenne ? Sans doute de celui de l’envahisseur.

3. Henceforth, Turkey will maintain its standpoint according to which Greek Cypriot offices have authority and control only south of the buffer zone and do not represent the Turkish Cypriot community, and will treat these offices’ actions accordingly.

Ce point de vue va absolument contre la réalité actuelle. En effet depuis que Chypre est devenue membre de l’Union Européenne, de nombreaux turcochypriotes ont pris la carte d’identité chypriote afin d’être eux aussi citoyens européens malgré le régime militaire illégal du nord de l’île.

4. Turkey declares that the signature, the approval and the implementation of this protocol do not signify the recognition of the Republic of Cyprus referred to in the Protocol and do not prejudice Turkey’s rights and duties sanctioned by the 1960 Treaties of Guarantee, Alliance and the Foundation.

Ce point est absolument révélateur de la continuité turque quant à l’appartenance à l’Union Européenne de Chypre car peu à peu elle échappe de son contrôle militaire puisqu’elle n’a plus besoin de facto de force de garantie surtout lorsque celle-ci n’appartient pas à l’Union Européenne.

5. Hereby, Turkey confirms that it being a party of this protocol will not alter its present relations with the Turkish Republic of Northern Cyprus.

Comme le protocole est en accord avec le droit international et que celui-ci via l’ONU ne reconnaît pas la partie occupée et l’a même déclarée illégale dans ses résolutions, cette affirmation annule toute valeur de la signature du protocole.

6. Pending a comprehensive settlement, the position of Turkey on Cyprus will remain unchanged. Turkey proclaims its readiness to establish relations with the new co-partnership state to result from a comprehensive settlement.

Ceci est une leçon pour l’Union Européenne qui doit à son tour repousser toute négociation avant la résolution du conflit.







free counters


Opus