Europe sociale et Europe humaine

N. Lygeros




Il est intéressant de constater combien l’argument social est plus présent que l’argument humain. Même si certains d’entre nous pensaient que les droits de l’homme étaient une chose entendue pour tout le monde, il est évident que la contestation sociale dans un monde où règne la société a une fois de plus violé les droits fondamentaux. Pour de nombreuses personnes, il est préférable d’être un esclave d’un système haï en étant payé plutôt que d’être libre sans emploi. Le travail qui est concret par-dessus tout permet de mettre de côté la notion abstraite de liberté. Les arguments sociaux, sous prétexte de lutter contre un libéralisme déjà accepté depuis de nombreuses années, mettent à mal les droits de l’homme. Cependant que dire du travail dans ces conditions ? Combien de personnes dans le monde sont outrageusement exploitées via un travail forcené qui a toutes les caractéristiques du travail forcé. Ces nouvelles formes d’esclavage de la pensée humaine ne sont mentionnées que dans des circonstances exceptionnelles. Pourtant cet esclavage consensuel altère la pensée humaine. Ainsi au lieu de défendre ce que nous avons de plus humain et sans doute de plus digne, nous nous contentons du travail de la misère. Ce choix aurait sans doute révolté Victor Hugo qui, à travers Les Misérables, a voulu montrer la grandeur humaine. Cependant, quid de celle-ci lorsque nous voyons de manière effective qu’elle est mise au placard social ? Et ceci sous prétexte de lutter contre un texte censé modifier des traités précédents qui ne tenaient pas compte des droits de l’homme. Il est donc urgent de prendre conscience que nous ne devons pas sacrifier les droits fondamentaux au profit de revendications locales et nationales. Le problème ne se situe pas à ce niveau. Les défenseurs des droits de l’homme le savent, seulement ils ne fonctionnent pas dans le même cadre que la majorité des personnes. Ils travaillent de manière bénévole aussi ils ne peuvent être touchés par des arguments fallacieux qui sont exploités à d’autres fins. Le stade actuel de l’Union Européenne, c’est celui du politique. Aussi nous ne devons pas mélanger les problèmes pour ne pas être vulnérables vis-à-vis de manipulations politiciennes qui se moquent bien des droits de l’Homme. Si nous recherchons une Europe plus humaine nous devrons d’abord passer par le politique, car nous ne devons pas oublier que l’Union Européenne doit son existence à des principes d’ordre économique. Aussi les transformations, si nous voulons qu’elles soient effectives à cette échelle, doivent s’effectuer par étape afin que le social ne soit pas le bourreau de l’humain.







free counters


Opus