Constitution Européenne versus Nationalisme

N. Lygeros




Via la possibilité de s’exprimer par référendum, nous pouvons analyser plus finement la nature sociologique et politique de l’électorat. Ainsi nous pouvons plus aisément retrouver certains réflexes nationalistes à l’égard de l’Union Européenne. Ce schéma est classique et explique la présence systématique d’éléments extrémistes dans le scrutin. Grâce à la possibilité d’intervenir sur le plan national, les partis nationalistes toujours bien organisés par tradition, aliènent volontiers le débat pour parvenir à leurs fins. Leur tactique est somme toute simpliste. Pour attaquer le gouvernement en place, ils stigmatisent l’ Union Européenne de tous les maux et accusent ses partisans de collaborateurs. Il est d’ailleurs normal que cette notion soit exploitée par ses tenants qui la connaissent fort bien. Cependant ce que doivent retenir les démocrates européens, c’est que malgré son caractère simpliste, cette méthode est efficace quant à la manipulation des masses puisque celles-ci sont particulièrement sensibles à des arguments de proximité. Par ailleurs nous avons l’éternelle exploitation de la théorie du complot qui permet à une échelle locale d’expliquer à peu près tout et n’importe quoi. En critiquant tout ce qui se déroule à l’échelle globale, les partis nationalistes ne sont jamais responsables de quoi que ce soit. De plus ils se gardent bien de proposer une alternative concrète de politique générale afin que le caractère creux de leurs discours ne soit pas mis en évidence. Ainsi ils ne prêtent jamais flan aux critiques locales. Il faut donc être bien conscients du danger que cela constitue au niveau européen chaque fois qu’il s’agit d’effectuer un référendum au sujet de l’ Union Européenne. L’exploitation nationaliste sera systématique. Tandis que le processus démocratique par principe, n’est que rarement agressif en terme d’élection. Aussi même pour un traité qui met en exergue les droits de l’Homme, via sa charte des droits fondamentaux, un référendum comporte des risques qu’il ne faut pas négliger si nous voulons construire réellement et efficacement le cadre structurel de l’Union Européenne. Le processus de ratification est un processus global long car il dépend d’un ensemble de considérations locales dont l’existence montre la nécessité d’une modification effective des infrastructures européennes ainsi qu’elle est prévue dans la Constitution Européenne. L’Europe est une entité démocratique qui ne cesse de se construire mais pour que son évolution se poursuive efficacement elle devra apprendre à lutter contre les nationalismes locaux.







free counters


Opus