Au bord de l'oubli

N. Lygeros




Tableau III

 

Dans la première pièce du manoir, Lucien, Agnès et Olivier s’agitent autour d’un manuscrit. Ils parlent à voix basse. Roland les rejoint…

 

Roland

Lucien avait raison !

Olivier

Pour le complot ?

Roland

A présent, j’en ai la preuve…

Il leur montre le livre.

Agnès

Où as-tu volé ce livre ?

Roland

Volé, volé, c’est un bien grand mot… Emprunté disons !

Olivier

Roland emprunte toujours tout.

Roland, en souriant.

La propriété c’est du…

Lucien, en l’interrompant.

Quid du livre ?

Roland

Il est annoté !

Agnès

Et alors ?

Roland

On y trouve une phrase du Maître !

Lucien

Une phrase d’un carnet ?

Roland

Exactement !

Lucien

Mais elle n’est pas de sa main…

Roland

Oui !

Agnès

Comment oui ?

Roland

Quelqu’un a eu accès aux carnets…

Olivier

A l’un des carnets…

Roland

Oui, oui… Et devinez ce que nous avons trouvé…

Lucien

Le signe de l’oubli…

Olivier

Le signe de l’oubli ?

Agnès

Ils ont donc commencé leur travail.

Lucien

L’effacement.

Olivier

Je croyais que les premiers carnets avaient été perdus bien après la mort de l’héritier du testament…

Lucien

Seulement le terrain avait été préparé bien avant.

Agnès

Ils sont donc venus dans le manoir…

Roland

Et certains d’entre eux s’y trouvent encore…

Olivier

Comment le sais-tu ?

Roland

J’ai repéré des traces temporelles…

 Il regarde Lucien.

 Lucien

Je vois… Un temps. Nous devons donc être sur nos gardes…

Olivier

Ce n’était donc pas une simple rumeur… Ils veulent vraiment effacer son œuvre…

Lucien

Nous les en empêcherons ! Nous sommes ici pour cela.

Agnès

Ainsi tu savais que nous les trouverions ici.

Lucien

C’était la fenêtre temporelle la plus probable.

Olivier

Quant à la possession des carnets ?

Lucien

Nous savons de source sûre que le Maître avait la plupart de ses carnets avec lui à son arrivée en France.

Olivier

Ils ont choisi la plus grande probabilité pour agir.

Roland

Et ils utilisent l’entropie pour accélérer le processus d’effacement.

Agnès

Comment pouvons-nous être sûrs qu’ils n’ont pas commencé leurs basses œuvres ?

Lucien

Le signe…

Roland

Nestor a réussi à le déchiffrer dans la ligature.

Olivier

Dans la ligature ? Ce Nestor est incroyable.

Roland

Si c’est écrit, cela doit être lu !

Agnès

Oui, c’est sa devise.

Olivier

Il nous faudra donc exploiter l’effet Einstein.

Lucien

C’est la seule façon de perturber le système.

Agnès

Seulement nous ne sommes pas certains d’obtenir un déséquilibre…

Olivier

Même si ce n’est pas le déséquilibre souhaité, le hors équilibre est nécessaire.

Agnès

Et tout cela sans perturber le Maître ?

Lucien

C’est pour cela que nous devons attendre le jour de la nuit.

Roland

Nous ne sommes donc là que pour mener une enquête… sans passer à l’action.

Olivier

Temporellement notre présence est déjà une action.

Lucien

Elle ne pourra devenir une perturbation que par la suite, pour que l’avant ait un après.

Roland

En tout cas l’ordinateur est prêt…

Olivier

Il faudra commencer le travail du déchiffrement le plus tôt possible.

Roland

Je veux bien déchiffrer mais il faudra que Nestor parvienne à lire le code auparavant.

Agnès

C’est bien la première fois qu’il nous faudra lire avant de déchiffrer.

Lucien

C’est la clef du problème.

Roland

Seulement il nous faudra la théorie…

Agnès

Aussi il nous faut prévoir l’utilisation d’une théorie encore inexistante.

Lucien

Pour cette époque, mais pas forcément pour la nôtre.

Olivier

C’est un véritable pari.

Lucien

Et comme le jeu n’est pas juste…

Olivier

Il nous faudra miser le maximum !

 







free counters


Opus