Les points du Rapport secret adressé à la Sublime-Porte par Carathéodory pacha, plénipotentiaire turc, au congrès de Berlin en 1878

N. Lygeros


I. Le prince de Bismarck.
- Son influence dominante sue le congrès.
- Ses sentiments peu sympathiques çà la Turquie.
- Ses opinions sur la méthode du progrès chez nous et sur notre diplomatie.
- Peu de cas qu’il fait des populations orientales.
- A ses yeux la question orientale n’a d’importance que pour l’influence qu’elle peut exercer sur les relations des puissances européennes.

II. La situation au moment de l’ouverture du Congrès.
- Déclaration du prince de Bismarck concernant le but du congrès et les dangers qui menacent la Turquie en cas de non nécessité.
- Programme du Congrès d’après les Anglais.
- Raison pour laquelle il refuse de donner aucune explication sur l’Asie.
- Tout est décidé d’avance, même l’affaire de Bosnie.
- L’isolement de la Turquie.
- Rôle imposé à ses plénipotentiaires.
- Impossibilité de la modifier.
- Impossible d’essayer de lancer un programme de réforme.
- Instructions des plénipotentiaires ottomans.
- Leurs premières démarches ont pour but de sauver Varna.
- Visite de M. Bismarck.
- Il désire assurer l’évacuation de Varna.
- Importance de sa démarche.
- Une occasion perdue.

III. Bulgarie et Roumélie orientale.
- Insuffisance des protocoles.
- Le Congrès décide de commencer par la Bulgarie.
- Pourparlers qui ne modifient pas le fond de la question.
- Proposition de Lord Salisbury qui font perdre à la Turquie Varna et Sofia à la fois.
- La parole est refusée aux plénipotentiaires ottomans.
- Menace de M. Bismarck.
- Scène regrettable.
- Circonstances qui expliquent les impatiences et les brusqueries du prince de Bismarck.
- Situation déplorable qui en résulte pour les plénipotentiaires ottomans.
- Impossibilité pour eux de conférer avec les Anglais déjà liés par le mémorandum Schouvaloff.
- Ville de garnison dans la Roumélie orientale.
- Milice.
- Religion du gouverneur général.
- Confusion créée par l’assimilation du régime de la Roumélie orientale à celui des colonies anglaises.
- Autonomie administrative.
- Bachi-bouzouks et circassiens.
- Tribu de la Bulgarie.
- Erreur des Anglais concernant le sandjak de Sofia.
- Ils font de vains efforts pour se dégager de la situation désavantageuse où ils se sont placés.
- La situation des plénipotentiaires ottomans empire de jour en jour.
- La route stratégique à travers le sandjak de Sofia exclue du Traité.
- Attitude des plénipotentiaires russes Gortchakov et Schouvaloff.
- Opposition active de l’Autriche au projet russe.
- Hérédité du prince de Bulgarie.
- Clause de vassalité.
- Clauses du Traité de Berlin relative à la Bulgarie beaucoup meilleures que celles du Traité de San Stefano.

IV. Bosnie et Herzégovine.
- La question bulgare terminée, M. de Bismarck pense que toutes les autres peuvent l’être dans un jour.
- Préliminaires de la question Bosnie.
- Entrevue de Reichstadt.
- Mission Ignatiew.
- Démarches du Comte Zichy antérieures au Congrès.
- L’Autriche participe au Congrès après s’être assurée de la Bosnie.
- Toutes les puissances favorables à l’Autriche.
- Voyant la situation perdue, les plénipotentiaires ottomans suggèrent un projet de cessation partielle.
- La Porte l’approuve, Andrassy le repousse.
- Raisons de ce refus.
- Retard de nouvelles instructions.
- Pression exercée par les Anglais en faveur de l’Autriche.
- Arrivée des instructions de la Porte.
- Séance du 2 juin.
- Le protocole demeure ouvert.
- Gravité de la situation avérée par l’opposition des plénipotentiaires ottomans.
- Projet suggéré par le premier plénipotentiaire.
- Formule de déclaration proposée par les trois plénipotentiaires.
- Changements introduits à Constantinople.
- Comment elle est faite au Congrès.
- Télégramme de la porte signalant une grande effervescence en Bosnie.
- La Porte demande que l’Autriche renonce à l’occupation.
- L’Autriche encouragée à entrer immédiatement en Bosnie.
- L’occupation de l’île de Chypre stimule sa convoitise.
- Avant l’arrivée des dernières instructions de la Porte, le Congrès vote l’article relatif à la Bosnie.
- Discussion en congrès
- Isolement des plénipotentiaires ottomans.
- Entretien avec le Comte Andrassy.
- Projet de convention et télégramme de la Porte après la violation de l’article.
- Situation dans la journée du 11 juillet.
- Arrangement de l’article duquel il résulte que l’entente se fera aussi bien pour la Bosnie que pour Novi-Bezar.
- Nouvelles instructions de la Porte et déclaration obtenue des Autrichiens.