Transcription de la lettre d'Alexandre Carathéodory à Stéphanos Chryssidhys du 11 Septembre 1885

N. Lygeros


                                    Samos le 11/23 sept 85

      Mon cher Chryssidhy,
Je réponds à votre lettre du 5/17
Sbre. Ricaki vient d’arriver,
malheureusement l’ex-consul
reste toujours ici et sa présence
ne fait pas de bien. J’espère cepen-
dant qu’il finira par nous
quitter. Les exarques sont
ici depuis une huitaine. Voyons
s’ils parviendront à quelque
résultat. Votre conversation
avec Dilaver Pacha me prouve


qu’il n’est pas du tout au courant
de ce qui se passe. Cependant comme
j’ai vu que le capitaine du port
de Smyrne a été appelé à Consple [=Constantinople]
probablement pour donner des
explications sur ce point aussi
bien que sur d’autres j’attendrai
avant d’écrire à Edhem Pacha
que j’aie reçu votre prochaine
lettre. Je ne vous dirai rien
de nos autres affaires, car
vous connaissez trop bien
tout ce qui s’y rapporte
pour que j’ai besoin d’y


insister. Quant à la différence
de la monnaie, je crois mon
cher que cela ne vaut pas la
peine de soulever une question
de comptabilité. Il serait
plus convenable de faire
décrèter par le Sénat une
petite indemnité pour vos
courses extraordinaires vu les
nombreuses et difficiles affaires
que vous êtes en train de
poursuivre.
Faites mes compliments à tous.

        Votre bien dévoué
        Al Carathéodory