Transcription de la lettre de Juin 1878 à Alexandre Carathéodory

N. Lygeros


                                   Constantinople [le] Juin 1878

           Chère Excellence.

Le départ un peu précipité de
Riza Bey a été cause que je n’ai pu
lui remettre cette lettre. Je m’empresse
de la confier {à} la poste.
Ce n’est pas une recommandation
que j’entends faire en faveur de mon
fils : les sentiments dont votre Excel-
lence s’est de tout temps montrée
animée à mon égard me dispense{nt}


d’une telle démarche. Ils ne me
laissent pas de doute que vous
ne vouliez bien le traiter comme
votre propre fils. Je prie Votre Excel-
lence de croire que Riza Bey fera
à son tour tout son possible pour
se concilier l’estime et l’approbation
d’un chef aussi éminent que
bienveillant.
           Veuillez agréer, Chère
Excellence, avec mes remerciements
anticipés, l’assurance de ses
sentiments d’affectueuse amitié.


(Copie de la signature par N. Lygeros)